Réchauffement ou pas?

RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE: UN LEURRE?

 

  Alors que le GIEC ( Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat ), organisme créé à la demande de l'ONU, impute aux activités humaines le réchauffement climatique de ces trois derniers siècles, des climato-sceptiques, presque totalement ignorés des médias, oppose aux conclusions du GIEC certains arguments. En voici certains:

 

  1. Il semblerait que l'influence des rayonnements du soleil sur la Terre soit sous-estimée par les membres du GIEC, alors qu'ils joueraient, selon les climato-sceptiques, un rôle essentiel dans les profonds changements climatiques de ces dernières décennies.

  2. Les climato-sceptiques rappellent également que les plantes consomment beaucoup de CO2. Elles seraient d'ailleurs apparues à une époque où la présence de CO2 dans l'atmosphère était jusqu'à 5 fois supérieure à aujourd'hui. Le CO2 n'aurait donc pas d'impact sur les écosystèmes végétaux.

  3. Des études récentes ont démontré que la canopée ( l'étage supérieur de la forêt équatoriale ) avait reverdi durant la période de sécheresse de 2005. Ces études vont à l'encontre des prédictions du GIEC selon lequel le réchauffement climatique fera disparaître l'Amazonie d'ici à un siècle pour la remplacer par la savane.

  4. Selon les observations du scientifique Lowell Stott, « les températures de l’océan profond ont augmenté d’environ 2°C entre 19.000 et 17.000 ans BP (before present), précédant d’environ 1000 ans la hausse du CO2 atmosphérique et le réchauffement de surface de l’océan tropical ». Ainsi, le même phénomène climatique qu'aujourd'hui aurait eu lieu il y a moins de 20 millénaires.

 

Il existe beaucoup d'autres arguments que l'on peut trouver avec force détails sur le site climat-sceptique.overblog.com

 

 

 

Que peut-on en conclure? D'abord, rappelons que ce débat entre le GIEC et les climato-sceptiques se limite au réchauffement climatique. Les dangers, au moins en termes de ressources naturelles, d'une déforestation massive, de l'extermination exessive du poisson, la disparition démesurée des espèces végétales et animales... ne sont pas, à ma connaissance, remis en cause par les climato-scpetiques. Les chiffres sont là.

Par ailleurs, je n'encouragerai jamais assez chacun de nous à observer, à méditer ce qu'il y a en lui et autour de lui afin de faire ses propres observations et d'en tirer ses propres conclusions. Nous n'avons certes pas tous l'appareil scientifique nécessaire, mais nous avons tous une sensibilité à la nature, une capacité d'analyse, d'observation et surtout, nous avons tous de l'intuition. Je n'ai moi-même aucun bagage scientifique. Je propose cependant ci-après le fruits de mes observations au sujet du réchauffement climatique.

 

Notre organisme fonctionne selon un équilibre qu'il nous faut respecter: si on ne lui donne pas assez de nourriture, pas assez de sommeil, pas assez de soins d'hygiène, il contracte des maladies , dont certaines peuvent aller jusqu'à la mort. Il en va de même si, au contraire, on lui donne trop de nourriture, de sommeil, de soins d'hygiène. Il en a va ainsi parce que le corps obéit à des lois physiques, il est conçu d'une certaine manière, d'une manière telle que s'il assimile certaines énergies qui sont contraires à son fonctionnement, à sa mécanique, il tombe malade, se détériore et va jusqu'à mourir. C'est pourquoi les médecins préconisent certains aliments, certains régimes... Pour qu'il soit en bonne santé, il faut apporter au corps ce dont il a besoin, ni trop, ni trop peu.

 

Or, la terre est un organisme et elle fonctionne comme notre corps: elle a des lois qui dictent son équilibre: des lois atmosphériques ( l'atmosphère ne peut pas contenir n'importe quoi ), des lois végétales ( équilibre fourni par les forêts... ), un rapport calculé avec le rayonnement solaire... Si l'on part de cette idée, il convient de dire que donner trop ou trop peu à la Terre revient à la rendre malade. L'atmosphère terrestre a besoin de CO2. Il s'en trouve naturellement à l'échelle de 0,03%. Les plantes se nourrissent de CO2 et les vaches rejettent du méthane, un puissant gaz à effet de serre. Les gaz à effet de serre semblent nécessaires à l'équilibre de la planète. Mais l'homme produit une quantité phénoménale de gaz à effet de serre, bien au-delà de ce que la Terre produit par elle-même. De même, la déforestation massive, l'extermination excessive de certaines espèces végétales et animales, la disparition de ces mêmes espèces à un rythme infiniment supérieur à celui que produit la nature laissent penser que la Terre est malade, puisque l'homme, par ses activités, lui prend beaucoup trop ou augmente de manière très considérable la concentration de gaz à effet de serre dans l'atmosphère. En d'autres termes, l'homme prend beaucoup trop à la planète pour que celle-ci conserve son équilibre, sa santé.

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×