Le choix juste

 

Le choix juste est celui qui est conforme à l'ordre de la nature. Si le jardinier sait qu'il ne faut pas arroser une plante alors que le soleil brille, sous peine d'en brûler les feuilles, il oublie peut-être qu'en agissant de la sorte il réalise l'action juste parce qu'il imite la nature qui attend de voiler le ciel avant de faire pleuvoir. Or, l'action juste du jardinier a pour effet de maintenir la plante dans un état de bonne santé. Cet exemple illustre le principe fondamental de l'action juste. Nous n'avons nul besoin d'apprendre dans les livres ou dans des stages ce qui est juste: en nous conformant à la nature ou en l'imitant, nous agissons de façon juste et de notre action germent bonheur, amour et abondance. Il nous suffit d'oberver la nature autour de nous ainsi que notre propre nature humaine.

 

Si l'on veut donner un autre exemple, l'on pourra proposer celui de l'impermanence du monde. Si l'homme accepte d'être porté par le mouvement de l'impermanence, s'il accepte la disparition des situations et des expériences, il obtient en retour une paix intérieure profonde parce qu'il n'a pas besoin qu'une situation quelconque arrive ou non. Mais s'il s'oppose à l'impermanence, cherchant à contrôler la durée des situations qu'il vit, tentant, dans de vains efforts, d'en raccourcir certaines pour en prolonger d'autres, la peur et la souffrance lui sont alors données à la mesure des efforts qu'il aura fournis. L'homme a donc tout intérêt à comprendre le monde et à s'y conformer, car il a été fait selon lui, et au regard de l'état actuel de l'humanité, il ne fait aucun doute que sa perception du monde est fortement enracinée dans l'illusion et ses choix, particulièrement iniques.

 

Quel est le rapport avec l'écologie?

 

Ce principe fondamental s'applique naturellement à tous les domaines de l'existence et semble régler le conflit qui oppose les écologistes aux climato-sceptiques: l'ensemble des hydrocarbures rejetés par l'homme dans l'atmosphère n'ont rien à y faire puisque la nature ne puise jamais dans ses ressources fossiles pour les transformer en gaz à effet de serre. Elle les garde en terre, là où ces ressources jouent certainement un rôle géologique considérable. En les extrayant, l'homme corrompt la qualité de l'air et en même temps l'organisation et la qualité géologiques de la planète, engendrant un réchauffement climatique et des conséquences géologiques inconnues à ce jour.

Si l'on poursuit ce raisonnement, l'enfouissement du dioxyde de carbone dans la roche, comme c'est envisagé actuellement pour éviter la pollution atmosphérique, ne changera pas grand chose au problème. La seule solution consiste purement et simplement à abandonner toute exploitation des énergies fossiles.

 

Ainsi, dès que l'homme exploite des ressources naturelles d'une manière différente de la manière dont la nature elle-même les exploite ( que ce soit sur le plan de la quantité de ressources exploitée, de la technique utilisée ou du but dans lequel ces ressources sont exploitées ), il prend le risque de polluer et/ ou de dégrader son environnement. L'homme ne peut vivre en harmonie avec la nature qu'en se soumettant à son organisation. Cela est vrai autant pour l'écologie que pour le domaine physique, affectif, intellectuel ou spirituel.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×