L'agriculture biologique

 

L'agriculture et l'élevage biologiques sont aujourd'hui en train de gagner le coeur des consommateurs, même si c'est très lent et que moins de 4% des porduits alimentaires mis sur le marché sont d'origine biologique. L'agriculture et l'élevage bio affichent cependant un taux de croissance annuel de près de 20% depuis 1991. Ils sont une réaction des producteurs à l'inhumanité de l'agriculture et de l'élevage intensifs. La santé de l'homme, de l'environnement, des plantes cultivées et des animaux est de rigueur. Le point sur les règles que doivent respecter les producteurs bio pour obtenir l'un des labels correspondants:

 

 1) Nourrir la terre: fertilisation du sol par la rotation des cltures ( c'est-à-dire le fait de ne pas travailler sans cesse un terre, mais la laisser se reposer, se reconstituer ), un labour minimum et des sarclages superficiels pour économiser l'eau dans le sol ( l'agriculture naturelle de Masanobu Fukuoka a même exclu toute forme de labour et de sarclage ).

Les engrais sont organiques et naturels ( purin d'orties, cendres de bois non traitées, compost à base de matières oraganiques non polluées ). Il existe également des engrais verts ( luzerne, trèfle, colza..., qui fixent l'azote de l'air dans leurs racines, ce qui permet aux bactéries du sol de former un humus garantissant la bonne qualité du sol et des plantes cultivées ).

 

2) La lutte contre les insectes ravageurs: d'autres insectes sont importés dans les cultures pour se nourrir des insectes ravageurs: la coccinelle pour les pucerons, des larves de chenille pour les pyrales, des abeilles microscopiques...

Tout pesticide chimique de synthèse est interdit, mais on tolère certains pesticides d'origine végétale à cause de leur faible toxicité ( cire d'abeille, huiles essentielles, nicotine, pyréthre, roténone... ). Cependant, il y a un bémol ici: la roténone par exemple peut être toxique pour certains poissons.

 

3) L'élevage biologique: hormones, anabolisants, antibiotiques de croissance, farines animales, OGM sobt interdits. Les animaux vivent essentiellement à l'extérieur, dans des pâturages ( = élevage dit extensif ) suffisamment vastes pour que le broutage... ne détériore pas le sol ( notez que pour recevoir un label bio, l'éleveur doit attendre que ses pâturages soient lavés de toute contamination chimique ). Il est par ailleurs interdit d'attacher les animaux en permanence et toute maltraitance physique ou psychologique envers l'animal est proscrite.

 

 

4) Le produit biologique: 90% des ingrédients du produit bio doivent être d'origine biologique ( 95% avant que le gouvernement français ne revoie ce chiffre à la baisse ). Le prix du produit bio est plus élevé car la culture et l'élevage sont plus longs, plus coûteux et que les aides gouvernementales sont moindres pour les producteurs bio que pour les producteurs non-bio.

 

5) Comparatif:

 

Agriculture/élevage non-biologique

Agriculture/élevage biologique

Érosion de la terre

Préservation de la terre

Utilisation massive de pesticides chimiques

Pas de pesticides chimiques

Empoisonnement de l'eau et des aliments

Pas de problème de nitrates

Utilisation abondante de l'eau des nappes phréatiques

Limitation de l'utilisation de l'eau des nappes phréatiques

Uniformisation des variétés, dégradant le goût des aliments

Préservation des variétés goûteuses

Utilisation abondante des OGM

Refus des OGM

Aliments entraînant diverses maladies, dont des cancers

Aliments meilleurs pour la santé

Maltraitance physique et psychologique de l'animal

Bien-être de l'animal

 

  J'ajouterai ici une note scandaleuse, un article du Canard Enchaîné paru le 9 septembre 2012, qui montre que, si le bio doit rester la priorité pour l'agriculture de demain, personnes n'est pour autant à l'abri des dérives, et l'Europe semble gagner en laxisme. La bêtise des hommes se fond décidément de plus en plus dans la folie!

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×