Souffrance animale et insensibilité humaine

Souffrance animale et insensibilité humaine

Nous sommes tous des criminels et des tortionnaires aussi longtemps que nous consommons de la viande d'animaux maltraités, que nous nous habillons de cuir ou de fourrure, que nous consommons des produits hygiéniques et sanitaires qui ont fait l'objet de tests sur les animaux que nous nous rendons au zoo, au cirque, à la corrida...

 Nous sommes, nous la société, nous les consommateurs, la véritable puissance de ce monde. Consommer mal, c'est être les complices de la barbarie humaine.

  

VERITE N°1: La plupart des gens qui achètent de la viande ou du poisson non biologique espèrent que les animaux sont morts sans souffrance. Dans la plus des cas, c'est faux: ils ont vécus dans des souffrances physiques et psychologiques atroces toute leur vie. Ce que je m'apprête à manger dans mon assiette est le cadavre de ce qui était autrefois un être vivant qui a été torturé physiquement et psychologiquement.

 

VERITE N°2: Le traitement des animaux des animaux domestiques se fait sans anesthésie: on arrache leurs cornes avec des tenailles, on les marque avec un fer brûlant, on les entasse dans des camions où ils sont les uns sur les autres (certains ne surivivent pas durant le voyage. Je ne sais pas pourquoi, cette image me fait penser aux wagons qui transportaient les juifs dans les camps nazis...), on puise le lait des vaches (contaminé déjà par des pesticides et antibiotiques que nous buvons ensuite) jusqu'à ce qu'elles meurent d'épuisement, on coupe les oreilles, les dents et les queues des cochons sans anesthésie, on les castre également sans anesthésie, puis on les jette dans de l'eau bouillante pour les dépecer (certains sont encore vivants à ce moment-là)...

 

VERITE N°3: Imaginez qu'on prenne votre bébé, qu'on l'attache au cou avec une lanière suspendue au plafond pour empêcher ses muscles de se développer, et qu'on le mette ainsi dans le noir pendant quatre mois avant de l'abattre avec indifférence. Non, ce n'est pas possible que cela arrive. Heureusement. Malheureusement pour les veaux, c'est une réalité quotidienne. Que l'on pense à cette image la prochaine fois qu'on aura du veau dans notre assiette. 

 

 VERITE N°4: Les animaux élevées en batterie (soit 80% des animaux d'élevage) développent des maladies (abcès, hernies...), deviennent cannibales... Nous mangeons ensuite leur viande.

 

VERITE N°5: Si je mange de ces animaux, je suis complice de ceux qui les ont maltraités, qui sont des êtres sans âme, sans intelligence, sans conscience. Suis-je aussi cela?

 

VERITE N°6: Dieu que l'obsession de l'enrichissement économique fait du mal aux animaux! Dieu que le désir d'épargner notre porte-feuilles fait du tort aux animaux!

 

Les animaux sont indispensables à l'équilibre de notre planète, cela a déjà été démontré. Ils sont, comme nous, un élément indissociable de la biosphère. C'est pourquoi j'ai voulu créer une catégorie sur la souffrance animaux, afin que chacun de nous prenne part à leur protection. Il ne s'agit pas là d'une simple morale ou de pitié, mais bien d'un souci de respecter tout ce qui existe ( y compris les entités végétales et minérales ) parce que c'est tout ce qui existe qui détermine notre existence. Sans les minéraux, sans les végétaux et les animaux, l'homme n'est pas. Sans respect pour ce qui existe, l'homme n'est rien.

                                                            

La réalité émotionnelle des animaux

 

On pense souvent, à tort, que les animaux n'éprouvent pas d'émotions, ne peuvent ressentir la peur et le désarroi de la douleur physique. Pourtant, tous les animaux éprouvent de la peur quand ils font face à des prédateurs potentiels, de l'affection pour leur maître s'ils ont été domestiqués et respectés, de la tristesse quand des petits ont perdu leur mère, de l'amour pour leur clan et leurs petits. L'animal ressent donc des émotions ( tout comme les plantes, d'ailleurs, chose plus difficile encore à accepter ), y compris lorsqu'il maltraité, torturé par les êtres humains lors d'expérimentations en laboratoire ou d'élevages dans des conditions éprouvantes. Il éprouvedes émotions, même si sa physionnomie ne lui permet pas toujours de l'exprimer physiquement ( comme c'est le cas des poissons, par exemple ).

 

Les différents visages de la cruauté

 

En Extrême-Orient: Certains pays asiatiques ont la réputation ( justifiée ) de faire preuve d'une vive cruauté envers les animaux. C'est ainsi que des chats sont enfermés vivants dans des sacs puis jetés dans de l'eau bouillante ( nous sommes généralement révoltés d'entendre cela, mais nous oublions un peu vite que nous faisons la même chose avec les homards, les tourteaux, les moules... ). C'est ainsi que l'on fait volontairement souffrir des chiens Saint-Bernard ( électrocution, brûlures, pendaison lente, peau arrachée alors que l'animal vit encore... ) avant de les abattre, car ces souffrances de dernière minute produiraient un effet aphrodisiaque! C'est ainsi que l'on affame plusieurs tigres, puis qu'on les libère dans une sorte d'arène au milieu de laquelle se trouve une vache sans défense, tout ceci pour le plaisir de spectateurs avides de ce genre de spectacle.

 

En laboratoires: Depuis le mouvement de la libération animale, de moins en moins d'animaux sont utilisés pour des expérimentations en laboratoires. Pour exemple, le test de Draize consiste à injecter sans anesthésie dans la paupière d'un lapin un produit à tester. Quelques heures plus tard, on note souvent que le lapin est devenu aveugle ou que son oeil a été considérablement abîmé.

Pourtant, ces tests ne sont absolument pas nécessaires, et les produits d'origine biologique s'en passent très bien. L'ancien président de Pro Anima, Claude Reiss soutient que « le recours à l'expérimentation animale est inutile puisqu'il faut de toute façon en dernier lieu en effectuer une chez l'homme. » En effet, en dehors du fait qu'il est possible d'effectuer des tests sans utiliser d'êtres vivants, les tests sur des animaux ne peuvent de toute façon offrir aucune garantie, aucune certitude, puisque les animaux réagissent différemment aux produits testés que les humains.

 

En élevage: En dehors d'une alimentation pour le moins médiocre, voire dangereuse pour les animaux ( je pense à la vache folle, au poulet aux hormones... ), certains animaux vivent dans des conditions terribles,et bien que nous en soyons tous conscients, la situation bouge très lentement. L'élevage en batterie ( on parle aussi d'élevages concentrationnaires! ) interdit aux poules de se retourner, de se mouvoir sur un sol qui est en plus incliné ( ce qui empêche les gallinacés d'être à leur aise ). Cette situation incite les poules à s'entretuer à coups de bec, si bien que, par prévention, les éleveurs préfèrent couper le bec des poussins! Ce sort est également réservé à d'autres animaux, comme les porcs ou les vaches.

C'est aussi le sort des poissons, qui peuvent être concentrés de telle manière qu'ils ne peuvent nager librement. Certaines fermes vivant de la pisciculture peuvent contenir jusqu'à 500 000 poissons. Cette volonté d'entasser autant que possible les poissons entraînent régulièrement chez ces animaux des maladies et des agressions qui n'auraient pas lieu à l'état sauvage. Tout comme les humains, les animaux s'agressent quand ils n'ont pas leur espace vital, le bien-être qui leur est nécessaire.

Un site et un diaporama édifiants concernant la sauvagerie des méthodes de fabrication de la viande et la pollution qui s'ensuit sont accessibles à l'adresse suivante:  http://www.la-viande.info/

Le marquage des oeufs: code 0: les poules sont élevées en plein air avec une alimentation à 90% ( au moins ) biologique.

                                               code 1: les poules sont élevées en plein air, mais c'est souvent dans des espaces trop étroits pour les centaines, voire les milliers qui y sont parquées.

                                               code 2:  poules élevées en volières, en lieux clos.

                                               code 3: poules élevées en cages.

  cf site:   www.l214.com/marquage-etiquetage-oeuf

 Note: L'association UFC-Que choisir? a révélé que plus d'un quart des poulets vendus en grandes surfaces contenaient des bactéries transmissibles à l'homme. Précisons aussi que les industriels lavent les cadavres de ces animaux destinés à la consommation avec le même produit dont on se sert pour laver les toilettes et les siphons de douche: DE L'EAU DE JAVEL (qui, rappelons-le, est toxique et corrosive pour l'homme). Cf l'article sur ce sujet.

 

Au mépris de la vie: Depuis qu'à l'âge de 12 ans, j'ai remarqué que les tourteaux étaient entassés vivants, hors de leur environnement naturel, à moitié suffoquants, sur les étals des poissonniers, j'ai décidé de ne plus en consommer. Comme moi, de plus en plus de personnes condamnent certaines pratiques gastronomiques et culinaires, comme le gavage des oies dans le but de produire le fameux foie gras ( voir le site: http://stopgavage.com/). Pourtant, le foie gras reste un produit très prisé par l'homme qui préfère à l'éthique, au respect de l'animal le plaisir fugace d'avaler un aliment. Il en va de même pour ceux d'entre nous qui plongeons dans l'eau bouillante un homard, un tourteau ou des moules sous prétexte qu'il sont ainsi plus comestibles.

 

Les spectacles et les loisirs:Les corridas ou les cirques peuvent être des traditions ancestrales, elles n'en restent pas moins cruelles et inutiles. Les cirques soutiennent que les bêtes sont soignées et nourries convenablement. Peut-être, mais il n'en reste pas moins qu'elles sont privées de liberté et condamnées à répéter jour après jour des numéros destinés à amuser la galerie. Quant à la tauromachie, elle reflète une fois encore le plaisir que trouve l'homme dans le sang et la mort. L'affrontement entre l'homme et le taureau témoigne de l'amour de l'homme pour la guerre, pour la rivalité, pour la compétition ( pour peu qu'il gagne, car si le taureau l'emporte... ).

 

A côté de cela, il y a la pêche de loisir. Tout est social, tout est culturel, pensent les sociologues. Dans une société comme la nôtre qui fait peu de cas des animaux ( à part les animaux domestiques et ceux qui nous attendrissent, comme les bébés phoques ou les dauphins) et encore moins des plantes et des minéraux, la pêche, c'est-à-dire la mise à mort directe ou indirecte des poissons ( les poissons rejetés dans l'eau après avoir été écorchés vifs par des hameçons ont peu de chance de survivre une fois remis à l'eau: leur mâchoire est souvent suffisamment endommagée pour qu'ils deviennent incapables de se nourrir, risquant ainsi de mourir de faim ou d'être attrapés par d'autres poissons ), est dans notre mentalité rien de plus qu'un loisir, alors qu'il ne viendrait pas à l'esprit des tribus indigènes de faire souffrir ainsi des animaux pour le plaisir, pour « le sport ». De plus, avec l'exploitation massive des ressources maritimes qui menace de plus en plus l'écosystème marin, la pêche de « loisir » n'est vraiment pas ce dont la nature et l'homme ont besoin!

  ATTENTION! En fait, il suffit de regarder sur le flacon ou la boîte: les entreprises qui s'abstiennent de toute expérimentation animale le mentionnent généralement sur leurs produits.

 

Extrait de l'ouvrage "Agriculture et santé", du spécialiste de l'économie agro-alimentaire Guillaume Moricourt:

 

« Les animaux ont-ils le droit au bien-être? Les éleveurs non-compatissants pour les conditions d'existence de leurs bêtes estiment qu'il ne faut pas prêter de sentiments humains à leur encontre. CE ne sont que des produits selon cette thèse ( ... ). Les élevages intensifs réduisent l'animal à un rôle d'objet de profit comme un carton de boulons et le statut d'être vivant et sensible que lui reconnaît la convention européenne sur la protection des animaux d'élevage est largement occulté.

Dans des batteries concentrationnaires d'aujourd'hui, des animaux sont attachés pour ne pas bouger ( stabulation entravée ), des poulets ne savent même pas marcher au moment d'aller à l'abattoir, des porcs deviennent fous et se dévorent entre eux. La promiscuité est une torture pour les animaux comme pour les humains.

(...)

Les veaux sont séparés de plus en plus tôt de leur mère pour qu'elles donnent du lait. Les trois quarts des veaux de batterie sont confinés dans l'obscurité, pendant plusieurs mois, esseulés, éloignés de leur mère, du soleil, de l'herbe, dans des compartiments individuels sans espace, leur tête liée à un abreuvoir de liquides artificiels, le tout pour fournir ne viande blanche.

(...)

En 1998, l'UE a proposé d'augmenter l'espace dans les porcheries à raison d'1 m² par 100kgs, de retarder l'âge de sevrage des porcs, d'interdire l'épointage des dents et la coupure de la queue. L'agriculture intensive est amenée à réduire les dents des porcs pour éviter des pertes de revenus induites par les bagarres entre porcs ou pour préserver les mamelons des truies agressées par des porcelets rendus désespérés et agressifs. Les éleveurs industriels de cochon ont refusé, comme ils ont refusé avec encore plus de véhémence la demande de réduction des vapeurs d'ammoniac des porcheries dues aux putréfaction de lisier.

(...)

Les animaux qui arrivent à l'abattoir ont peur. Ils peuvent sentir la mort dès leur montée dans le camion. A l'approche des bâtiments, ils s'énervent, refusent d'avancer et il faut parfois les battre ou les stimuler à l'électricité pour les conduire à l'abattage. A l'intérieur, ils entendent leurs congénères crier ou agoniser.

(...)

A l'abattoir, chaque animal peut amener des microbes pathogènes. Le cauchemar des abattoirs est que ces microbes pullulent à n'en plus finir et rendent la viande dangereuse à la consommation.

(...) Si l'animal est très stressé avant l'abattage, son taux d'adrénaline dans la viande est à son maximum et la viande devient de mauvaise qualité jusqu'à devenir « pisseuse ». »

 

Les chiffres:

200 millions: c'est le nombre de requins tués chaque année par l'homme. Un nombre important d'entre eux sont tués indirectement: on coupe l'aileron de l'animal encore vivant  ( l'aileron aurait des vertus aphrodisiaques! ), puis on le rejette à la mer où il agonise dans la souffrance.

80: c'est le pourcentage de poules et de cochons élevées en batterie en france ( ce chiffre date de 2005 )

951,6 millions: c'est le nombre d'animaux tués en 2005, selon l'Office de l'élevage, sans compter les poissons, les escargots, les grenouilles, les crustacés et les milliers d'animaux morts lors des élevages.

31 millions: nombre de canards et d'oies engraissées en 2003 pour la fabrication du foie gras.

Toutes les 90 minutes, 50 000 animaux sont tués pour satisfaire les insatiables appétits carnivores des êtres humains.

Plus de 12 millions: c'est le nombre d'animaux utilisés lors d'expérimentations en laboratoire dans l'Union européenne en 2005.

 

Quelques sites et liens

 

Acta ( Agir contre la torture des animaux ): http://egalite.animale.free.fr/

Avéa ( Action Végétariste pour l'Egalité Animale ) http://avea.net

Peta France, pour un traitement éthique des animaux http://petafrance.com/

One Voice http://onevoice-ear.org L'association propose une série de produits (cosmétiques, alimentaires...) labellisés ONE VOICE

PMAF (Protection Mondiale des Animaux de Ferme ): http://pmaf.org PMAF s'oppose à l'élevage industriel.

GAIA ( Groupe d'Action dans l'Intérêt des Animaux ):http://www.gaia.be

Contre le gavage des oies et des canards:http://stopgavage.com/

Rapport de l'association OneVoice sur les abattoirs (version PDF)

Un film documentaire, Earthlings (Terriens) a été fait sur la maltraitance animale. Des images terribles, très difficiles (à déconseiller peut-être à certaines personnes. Le film lui-même a été déconseillé aux moins de 16 ans) mais qui montrent au moins la réalité des choses, c'est-à-dire ce que subissent les animaux avant de finir dans nos assiettes. N'oublions pas que si nous mangeons de la viande non-bio, nous donnons notre argent à ces tortionnaires qui brûlent, dépècent, bâtonnent, découpent, égorgent, électrocutent, asphyxient, enflamment, poignardent, castrent, écornent, immobilisent pendant des jours, dans le noir des animaux vivants et sans anesthésie!



 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site