Disparition des espèces

La disparition des espèces

 

                    Qu'est-ce qu'une mauvaise herbe, sinon une plante dont on n'a pas encore découvert les vertus? Emerson

L'HOMME ET LA DISPARITION DES ESPECES:

On estime à 130 le nombre d'espèces végétales et minérales qui disparaissent chaque jour. Un pourcentage important de ces espèces disparaît à cause de l'activité humaine, et plusieurs dizaines de milliers d'espèces végétales et animales, essentielles à l'équilibre de l'écosystème, sont menacées de disparaître ( je pense au crocus bleu du Chili, à la limule, qui a survécu pendant 350 millions d'années, mais que la présence humaine pourrait bien faire disparaître. Je pense au bécasseau maubèche, au gorille... ( http://www.horizonm.com/moussis/animaux/) ) .

La grenouille-léopard  et le gorille: apparemment, rien en commun. Mais ces deux espèces sont en voie de disparition. Le gorille a beau chercher une solution, il n'y a que l'homme qui puisse résoudre le problème!

                                       -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Comme le précise Thom Hartmann, l'auteur des dernières heures du Soleil ancestral, la diversité est un gage de survie. Nous vivons en interdépendance avec la nature: les plantes ont besoin des animaux et des hommes, et les hommes ont besoin des plantes et des animaux. On estime qu'une espèce disparaît normalement tous les quatre ans. On massacre les phoques, on ébouillante les chiens et les chats, on fait desexpériences scientifique cruelles, voire mortelles su les lapins tles singes... Mais depuis que l'homme détruit abondamment la nature, essentiellement au vingtième siècle, on estime que près d'un quart de toutes les espèces végétales et animales de la planète a disparu. S'il ne réagit pas, c'est l'homme qui, bientôt, sera menacé d'extinction!

 

 

 

LES CHIFFRES DE LA DISPARITION DES ESPECES

 

130: c'est le nombre estimé d'espèces végétales et animales qui disparaissent chaque jour suite aux activités polluantes humaines. Rien à voir avec les 25 espèces qui, selon le paléanthropologue Richard Leakey, disparaissent naturellement tous les siècles!

12 000 ans avant JC: c'est la dernière période glaciaire au cours de laquelle des dizaines d'espèces animales disparurent définitivement d'Australie ( tigres à dents de sabre, une espèce d'ours géant... ) après y avoir vécu des millions d'années. C'est aussi l'époque où les êtres humains franchirent le détroit de Béring pour conquérir le territoire australien.

4 000 000: c'est le nombre d'oiseaux pêcheurs qui moururent sur la côte ouest des Etats-Unis en l'espace de 7 ans ( de 1987 à 1994 ), à cause de l'augmentation d'1° de la température du Pacifique. Cet accroissement de la température détruisit 40% du zooplancton présent sur les côtes océaniques, ce qui entraîna la disparition de nombreux poissons qui s'en nourrissent, et par effet ricochet, des oiseaux côtiers qui se nourrissent de ces poissons.

1 sur 4 : c'est la proportion des mammifères de la planète qui est directement menacée par le réchauffement climatique. A côté de cela, 1/8ème des oiseaux, 1/3 des poissons et 2/5èmes des amphibiens sont également menacés d'extinction pour la même raison. Avant la fin du 21ème siècle, nous pourrions voir disparaître la moitié des espèces animales encore en vie aujourd'hui.

284 000: c'est le nombre d'animaux exotiques importés illégalement en Europe, bien que toutes ces espèces soient portégées et jouent un rôle essentiel dans l'équilibre de l'écosystème. En 10 ans, des dizaines de milliers de caméléons, de varans et de crocodiles ont du servir les lubies inconscientes des européens et finir dans des cages, mal entretenus et inadaptés au climat européen ( même si celui-ci se réchauffe! ). Ce chiffre augmenterait considérablement si l'on y ajoutait les milliers d'oiseaux, de serpents et de mammifères enfermés dans des cages pour le bon plaisir du peuple.

9: C'est le pourcentage de la surface du globe qui est occupé par les parcs et réserves naturelles, dont la fonction est de préserver la biodiversité ( c'est-à-dire la diversité des espèces vivantes d'un milieu et de leur caractère génétique). C'est beaucoup trop peu pour lutter contre le réchauffement climatique, le braconnage et la « consommation » en Europe d'animaux exotiques. Par ailleurs, ces parcs n'échappent évidemment pas au réchauffement climatique et à l'extinction de certaines espèces végétales et animales. 

20% : C'est le pourcentages de récifs coralliens ( les coraux sont des animaux marins dont l'une des fonctions est de servir de récifs à certaines espèces marines ) qui ont disparu au cours du XXème siècle. Ceux qui restent sont menacés directement par le réchauffement climatique.

 

 

Le bécasseau maubèche se nourrit exclusivement des oeufs de la limule ( à droite ). La surexploitation de la limule risque de faire disparaître ces deux espèces, et d'autres peut-être.

 

 

ARTICLES CONNEXES

Toute la catégorie "en voie d'extinction"


1 vote. Moyenne 1.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×