Le darwinisme

 

Lorsque Darwin, de 1831 à 1836, effectue son voyage en Amérique du Sud, il avance l'idée révolutionnaire que les espèces peuvent évoluer et devenir différentes. Ce processus de « transformisme » des espèces vivantes peut se résumer en 6 points:

 

  1. Chaque nouveau né d'une même espèce varie: aucun nouveau né n'est absolument identique à l'autre, même s'ils sont jumeaux. C'est ce qui s'appelle la variabilité native.

  2. L'obtention de races et de variétés nouvelles est liée aux choix des géniteurs d'accoupler tels ou tels animaux ou végétaux entre eux. Mais cette hybridation reste pour Darwin un aspect peu important pour sa théorie de l'évolution.

  3. La sélection naturelle ( c'est-à-dire les dispositions génétiques propres à chaque espèce et qui font qu'une espèce, plus résistante qu'une autre, survivra alors qu'une autre plus faible disparaîtra progressivement de la surface de la Terre ) produit une évolution, des changements dans la configuration des espèces animales et végétales: certaines espèces disparaissent, d'autres survivent et/ou se transforment.

  4. Une compétition, entre les individus, entre les différents animaux, s'exerce pour la survie des espèces: la recherche de nourriture entraîne une rivalité entre les espèces qui occasionne de nombreuses victimes.

  5. Certaines propriétés génétiques propres à telles espèces, aussi minimes soient-elles, peuvent jouer un rôle important dans la survie de l'espèce. Par exemple, le duvet qui recouvrent les pêches protège davantage le pêcher des attaques de certains insectes...

  6. En 1871, Darwin ajouta à ces 5 principes celui de la sélection sexuelle: dans chaque espèce, c'est le mâle le plus fort ou le plus beau qui peut s'accoupler avec la femelle convoitée, afin que les nouveaux-nés issus de cet accouplement perpétuent l'espèce en la rendant la plus forte et la plus belle possible.

 

Depuis les lois de l'hérédité proposées par le contemporain de Darwin, Gregor Mendel, lois que Darwin refusera toute sa vie de reconnaître et qui bouleversent sensiblement l'interprétation darwiniste, les scientifiques abordent les théories de l'évolutionnisme avec un certain scepticisme, sans pour autant les remettre en cause. Ce qu'on peut ajouter ici, c'est que l'homme est évidemment soumis lui aussi à ces lois découvertes par Darwin, et qu'il est en transformation constante, depuis la forme animale de l'australopithèque à la forme verticale qu'on lui connaît aujourd'hui.

ARTICLES CONNEXES

Origine

L'homme et l'univers

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site